NYON A FOND DANS LA WEED (LÉGALE)

L’herbe légale CBD est à la mode à Nyon. Pétard mouillé ou vrai marché en devenir? On ne sait pas encore. Toujours est-il que les amateurs de joints ont vu fleurir dans la cité d’Alfred Cortot, de l’UEFA et du Paléo des sachets de cannabis légal dans une boutique de la rue du Collège et dans deux kiosques. Feu de paille ou phénomène pérenne? Enquête.

On l’appelle la beuh, la weed, le hasch ou la Marie-Jeanne. On vous en passe des dizaines d’autres plus fumeux encore. Le cannabis est dorénavant en vente légale dans trois boutiques nyonnaises sous sa forme CBD depuis environ deux mois. Le CBD (pour cannabidiol) est une substance de l’herbe sans effet psychotrope. L’herbe de base à plus ou moins fortes doses de THC est toujours vendue illégalement. Elle a la préférence des amateurs.

Au Paléo festival dans les années 70, les autorités voyaient des hordes de chevelus «sous influence» du cannabis partout et se battaient pour les faire disparaître. C’était le Folk qui sentait le poney sous les tentes et le fromage de chèvre vieux dans les chaussettes des festivaliers du camping. Dans les années 90, une boutique «Alternative Garden» rue Saint-Jean à Nyon vendait du matériel de jardinage et un autre genre de «matos» à base de chanvre. Dans les brumes de la loi, des petits malins s’étaient engouffrés pour pouvoir vendre de l’herbe THC sous l’appellation de «coussins thérapeutiques» jusqu’à ce que le régulateur dise stop en 1999.

Le bon coup flairé outre-Sarine

Près de 17 ans plus tard, le commerce du cannabis légal fleurit dans toute la Suisse. Des producteurs alémaniques ont flairé le bon coup. En surveillant de près les progrès de mélanges de plants, ils sont parvenus à produire une herbe légale swissmade et «biologique». La vente est comme le produit: 100% légale à partir du moment où le pourcentage de THC n’excède pas 1%.

L’herbe, à forte teneur en CBD, sa substance relaxante, est disponible sous différentes sortes et peut coûter dans certains (rares) cas un prix analogue à certaines herbes illégales. Pour le capitaine de Police Nyon Région Christophe Schmidt, il y a une différence de tarif notoire cependant. «Le prix prohibitif du CBD en comparaison avec des produits illégaux avec des taux de THC bien supérieurs, ainsi que son absence d’effets psychotropes, ne devraient pas générer une attractivité hors-norme.»

Pour le policier, il est difficile de croire que ce marché va avoir du succès chez les jeunes. Même son de cloche chez Frank Zobel, directeur adjoint d’Addiction Suisse. «Le cannabis jusqu’à maintenant a surtout été une drogue de jeune. L’une des questions est de savoir si ce type de produit trouvera une clientèle plus âgée moins intéressée par un effet planant qu’un effet relaxant.»

On a demandé à un jeune de Nyon (sous couvert d’anonymat) qui avait fait le test ce qu’il en avait pensé. Il répond: «ça sent la même chose, mais ça m’a pris la gorge, ce n’était pas une herbe agréable avec « un bon goût », je préfère celle avec le THC élevé.» Ce jeune gymnasien espère que ce cannabis CBD permettra la légalisation.

IMG_7645

Les voisins de cette boutique de Nyon ont bien senti qu’il se passait quelque chose.


«Le cannabis jusqu’à maintenant a surtout été une drogue de jeune. » Frank Zobel, Addiction Suisse.

Ces dernières semaines, le marché a pris de plus en plus d’ampleur. L’entrepreneur nyonnais Almin Mujkic a ouvert, avec un associé. la boutique «Hemp at Home» (herbe à domicile) à la rue du Collège. Sur le modèle d’une entreprise de livraison de plats cuisinés, il propose de livrer des produits à base de cannabis légal et le parfait attirail pour rouler son joint légal (une moulinette pour effriter l’herbe, des pipes à eau…) jusqu’à chez vous après 18h30.

«Et ça marche bien, on ne fait pas moins de 600 francs de revenus dans nos ventes de sachets d’herbe CBD par jour. On propose aussi des crèmes, des gouttes à base de cannabis. Je suis un ancien consommateur de cannabis légal, je ne fume plus aujourd’hui. J’attendais cette décision de permettre la vente de cet herbe CBD. Dès que j’ai su, mon associé et moi-même, on s’est précipité pour occuper le marché.»

IMG_7734

Le patron de « Hemp at Home » à Nyon devant ses différents produits tous légaux.


La police est allée à la rencontre des micro-entrepreneurs et tout est en ordre pour eux. «Si le sachet est scellé, qu’il vient d’une vente en magasin et que le consommateur a une quittance, c’est légal. Les débitants de tabac doivent proposer cette marchandise dans un endroit séparé des produits destinés à la clientèle mineure» explique le capitaine Christophe Schmidt.

VIDEO: REGARDEZ LES CINQ QUESTIONS A CORINE KIBORA D’ADDICTION SUISSE 

Almin Mujkic, patron de « Hemp at Home » est un peu déçu de la marge qu’il dégage de la vente « je m’attendais à plus. c’est vrai. Mais en une semaine, alors que j’étais en voyage en Bosnie, j’ai effectué trois commandes de réapprovisionnement… » Même succès chez les pionniers de Suisse romande de DrGreen, installé sur ce marché depuis plus de trois mois. «Ce sont surtout des pères de famille qui ne veulent pas «se péter» avec du cannabis THC et veulent assurer au travail le lendemain… La consommation du THC, c’est comme l’alcool fort, ça va à 20 ans, mais ça ne va plus du tout à 35 ans…» compare Almin Mujkic.

Il ne faut pas oublier que fumer est mauvais pour la santé. «La combustion de l’herbe est cancérigène, fumer du cannabis quel qu’il soit est donc mauvais pour la santé, comme fumer du tabac. Il faut aussi se méfier du THC qui se trouve dans la plante parce que même à un faible taux, il peut être associé à une diminution des capacités de conduire un véhicule» explique Frank Zobel, d’Addiction Suisse. «On fait ce travail de pédagogie auprès du consommateur» admet Almin Mijkic, Quant au capitaine Christophe Schmidt, cela fait partie de sa mission de prévention d’encourager les citoyens à ne pas prendre le volant après la consommation de CBD. «On veille surtout à vérifier que les les sachets d’herbe ne soient pas vendus avec la mention «relaxante» ou «thérapeutique», c’est en effet interdit par la loi.

VIDEO: témoignage rare d’un consommateur d’herbe CBD et d’herbe illégale

Un consommateur de CBD nommé Sacha a testé et décidé de témoigner pour Suississimo: «j’ai roulé un joint de CBD, c’est fantastique, l’herbe a la même apparence, presque le même goût, c’est relaxant, vraiment agréable, ça me permet de fumer pendant la journée sans voir l’effet trop puissant du joint THC. Les deux herbes ont la même apparence, la même odeur, l’herbe CBD sent même plus fort que l’herbe THC, on ne peut pas faire la différence, même nous qui sommes consommateurs… L’herbe CBD est une herbe naturelle, la consistance est identique. On a des herbes grasses, sèches, plus fruitées, si on sait bien chercher nos herbes CBD, on peut être très surpris en bien.»

IMG_7715

Un échantillon d’herbe CBD, identique visuellement à l’herbe THC


 

«On peut comparer ça à une tisane calmante, qui aide à digérer. Et ça se développe avec de petits shops qui ont émergé… Quand les mœurs auront changé, on se rendra compte du pouvoir de ce produit dans beaucoup de domaines. J’apprécie le rituel du joint, c’est un moment à partager, fumer seul c’est moins drôle, le rouler soi-même, goûter et le partager, c’est comme déguster du thé. »

« Le THC, je l’ai exclu de mes journées, c’est bien comme ça. Mais le soir j’ai besoin de cette claque. Mais ce n’est pas comme si on avait bu trois verres de vin, c’est quelque chose qui relaxe tout le corps et l’esprit. Avec nos vies à cent à l’heure, j’ai encore besoin de cette herbe-là devant ma TV pour me détendre de ma dure journée.»

«Le CBD peut se comparer à une bière sans alcool. Mais vous savez, fumer est moins dangereux qu’un verre de rouge, vous en fumez 1000 et ça ne vous tuera pas (NDLR : Addiction Suisse n’est pas d’accord avec Sacha, la combustion de CBD et THC peut engendrer un cancer des poumons par exemple). Ce qui vous tuera c’est le tabac, vous risquez de vous endormir. Boire de l’alcool, au 3e  verre vous commencez par dire des conneries, au 5e vous vous mettez à poil, au  7e on ne sait plus ce qu’on dit et au 9e on finit à l’hôpital. »

« On n’aime pas les choses qui nous font tousser, on aime les choses « goûtues »… on aime l’herbe comme un amateur de vins. »

« Il y avait des herbes à 5 % de THC, aujourd’hui c’est 15 à 20% sans problème. On peut tomber sur des herbes beaucoup plus fortes ailleurs qu’en Suisse. Les américains y arrivent très bien. Le CBD apporte une valeur ajoutée, un petit quelque chose en plus. »

IMG_7729

Des paquets d’herbe légale vendues dans le magasin de Nyon « Hemp at home »


Pour savoir si le CBD est dangereux pour la santé, voici l’interview de Frank Zobel d’Addiction Suisse, vous pouvez aussi voir en vidéo les conseils de sa collègue.


 

Interview de Frank Zobel d’Addiction Suisse, vice-directeur et responsable suppléant du secteur recherche

Le cannabis légal se vend comme des petits pains dans certaines villes de Romandie depuis plusieurs semaines. Que pouvez nous dire de l’ampleur du phénomène ?

Nous n’avons pas encore de données précises sur ce marché et sur l’ampleur de la consommation. Les informations proviennent des vendeurs et de l’administration des douanes, qui prévoit un revenu d’environ 25 millions de francs de taxes sur les produits fumables. La somme est importante mais elle représente peu dans le budget de la Confédération qui est je crois supérieur à 60 milliards de francs. Ce que ce chiffre nous indique, s’il se confirme, c’est que le marché pourrait déjà peser autour d’une dizaine de tonnes de cannabis fumable à faible taux de THC et haut taux de CBD par année. En comparaison, on estime que le marché noir du cannabis devrait se situer aux alentours d’une cinquantaine de tonnes.

La grande question est de savoir si l’effet de curiosité va se poursuivre et si ces produits vont trouver une clientèle durable chez les consommateurs de cannabis habituels et aussi chez des personnes qui étaient non-consommatrices jusqu’ici. C’est encore bien trop tôt pour le dire. Si l’on s’intéresse aux revenus, il faut savoir que l’état du Colorado qui a légalisé tout le cannabis médical et récréatif, comme plusieurs autres états américains (Washington State, Oregon, Alaska, Nevada, Californie, Maine, Massachussets, Washington DC), retire une centaine de millions de dollars des taxes sur cette substance, ce qui représente aux alentours d’un pour cent de son budget. 

Le fait de fumer du cannabis, qu’il contienne peu ou beaucoup de THC, est mauvais pour la santé comme c’est aussi le cas pour le tabac. Sinon, on connaît peu de risques liés au CBD mais on manque encore d’études, notamment sur ce que la consommation en grande quantité durant une longue période peut avoir comme conséquences. On ne sait pas non plus si ce type de cannabis peut être un produit d’appel qui conduit à essayer ensuite celui que l’on trouve sur le marché noir. En théorie, la consommation de cette herbe CBD est limitée aux plus de 18 ans mais on n’a pas fait d’achats tests pour voir si la recommandation des fabricants était mise en œuvre par les vendeurs. Il faut aussi savoir que les adolescents qui fument du cannabis illégal se le procurent le plus souvent auprès d’amis.

Comment peut-on décrire cette forme de cannabis CBD, comment la produit-on ?

En croisant différentes variétés de cannabis et en contrôlant soigneusement la culture (eau, engrais, lumière…). Tout peut être bien maîtrisé. Nous avons fait tester un sachet et les taux de THC et de CBD étaient ceux qui étaient annoncés sur l’emballage. C’est la même plante que celle à forte teneur en THC, visuellement et en termes d’odeur, ce sont deux produits qui sont à peu près identiques. Mais Ils n’ont pas les mêmes effets pour les consommateurs. Pour les consommateurs de cannabis usuel ce produit n’est souvent pas très intéressant. C’est un peu comme de la bière sans alcool, cela permet éventuellement de réduire un peu sa consommation d’alcool.

Il reste le rituel de fumer, par exemple un joint pour se relaxer le soir, comme on consomme parfois du vin rouge. J’ai personnellement essayé les gouttes de CBD que l’on met sous la langue. C’est sensé provoquer un effet relaxant mais je n’ai ressenti aucun effet de ce type.

Que risque-t-on si on se retrouve avec du cannabis illégal ? Des petits malins vont peut-être essayer de vendre cette herbe de façon légale alors qu’elle contient du THC à plus d’1% ?

La police n’a jusqu’ici pas de test rapide à disposition. Différentes équipes travaillent actuellement au développement d’un tel test. En attendant, la police fait analyser les échantillons saisis en laboratoire, ce qui engendre des frais. S’il s’avère que l’herbe saisie contient plus de THC que la norme autorisée, les frais d’analyse sont à la charge du consommateur. Une amende d’ordre de 100 fr. sera aussi attribuée ou la personne pourra être dénoncée à la justice, cela dépend des pratiques des cantons qui malheureusement divergent fortement en la matière. Si le cannabis est légal, la police doit le rendre à la personne interpellée. Cette situation provoque des désagréments de part et d’autre.

Est-ce que légaliser l’herbe CBD peut faire changer la perception de l’herbe ?

Oui, on peut désormais acheter cette herbe comme du tabac. Il y a une population qui découvre le cannabis à travers les variétés a haut taux de CBD. Jusqu’ici le cannabis a surtout été une drogue de jeunes. L’une des questions que l’on se pose est si ce type de produit trouvera aussi une clientèle plus âgée moins intéressée par un effet planant que par un effet relaxant. Et puis, il faut rappeler que la recherche sur l’usage médical du CBD se développe et que l’on a déjà trouvé des applications pour certaines pathologies. On peut donc imaginer qu’un public plus large sera concerné et que, comme aux Etats-Unis, on verra un engouement croissant pour cette plante. D’ailleurs si vous allez dans certains commerces en Suisse qui vendent les produits avec du CBD vous verrez qu’il n’y a pas que des jeunes. Il y a donc une certaine normalisation en cours. Ce qu’il faut rappeler encore une fois c’est que la combustion est cancérigène et que fumer du cannabis, quel qu’il soit, est mauvais pour la santé. Il faut aussi se méfier du THC qui se trouve dans la plante parce que, même à un faible taux, il peut être associé à une diminution des capacités de conduire un véhicule.   

IMG_7651

Le local de DrGreen, premier revendeur de weed légale dans le canton de Vaud.

VIDEO: Interview de Paul, l’un des deux associés dans l’aventure de DrGreen.


Interview questions-réponses du Capitaine Christophe Schmidt de Police Nyon Région

Comment agissez-vous sur le terrain depuis l’arrivée du cannabis CBD en vente libre sur Nyon?

S’il se trouve que c’est du CBD, donc avec un taux de THC inférieur à 1 %, les commerçants après l’obtention d’une autorisation légale peuvent procéder à la vente de ce produit, c’est en ordre pour nous. En effet, dans ces normes il est apparenté à un succédané de tabac.

Si le sachet est scellé, qu’il vient d’une vente et que le consommateur a une quittance, c’est légal. Les débitants de tabac doivent proposer cette marchandise dans un endroit séparé des produits destinés à la clientèle mineure (étals de bonbons etc…)

On a approché les commerces qui sont vendeurs dans une démarche de dialogue.

Avez-vous eu des plaintes?

Non, nous avons eu en revanche des contacts avec des personnes inquiètes. Tout légal qu’il soit, le produit n’empêche pas l’odeur. Il faudrait faire des analyses qui s’avèrent très onéreuses (NDLR : jusqu’à 500 fr. le test) et qui selon les cas pourraient être à la charge du détenteur. De plus, grâce à notre approche de proximité nous avons une bonne connaissance de notre population et notamment des personnes susceptibles de s’adonner à la consommation de produits illégaux. Toutefois lorsque la situation est claire il n’y a aucun souci.

 La physionomie de la clientèle des kiosques va-t-elle changer?

Dans tous commerces, tout produit nouveau fédère de nouveaux clients. A Nyon, on recense trois commerces qui vendent du cannabis légal.

Auprès de la jeunesse, il est difficile de croire à une explosion de ce type de consommation. En effet son prix prohibitif en comparaison avec des produits illégaux avec des taux de THC bien supérieurs, ainsi que son absence d’effets psychotropes, ne devraient pas générer une attractivité hors norme.

On reste très vigilants sur le sujet afin de pouvoir réagir à toute problématique qui pourrait apparaître en liaison avec ce nouveau type de commerce. Actuellement les citoyens nous approchent pour obtenir des éclaircissements quant aux termes légaux et aux usages autorisés mais ils ne nous ont, pour l’instant, pas fait part de situations qui nécessiteraient des actions plus spécifiques de nos services.

 Faites-vous de la prévention à Nyon?

Oui. Les sachets d’herbe légale ne peuvent être vendus avec la mention relaxante ou thérapeutique. On recommande aux consommateurs de ne pas prendre la route après avoir consommé du cannabis CBD. Même s’ils sont minimes, il existe des risques. On est dans le cadre d’une mission générale de police et on reste très attentif. Nous n’avons pas eu d’appels de citoyens remarquant quelque chose d’anormal autour de la vente de ce cannabis légal.

David Glaser, zieggla@gmail.com, for an English report, please go here.

logos suississimo

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s