LUZIA, FÊTE DE L’ENCHANTEMENT

« Luzia » est beau à en pleurer. Ce spectacle a réussi le doux mélange de l’inspiration circassienne et du théâtre musical cher aux anglosaxons. Jusqu’au 3 juillet, sur la plaine de Plainpalais, le Cirque du Soleil emmène Genève et sa population en voyage dans un monde irréel : un Mexique dans le sillon des rêves les plus fous, dans le prolongement continu de l’imagination fertile de « maîtres du monde » de l’acrobatie. La troupe québécoise en costumes flamboyants déploie ses ailes pour nous faire reconnecter avec un art qui avait trop longtemps été mis au placard pendant les périodes de confinement : un cirque joyeux, soyeux, ambitieux et un show aux antipodes des cirques classiques. Au Cirque du Soleil, on aime la démesure, on aime aussi les animaux quand ils ne sont pas domptés, juste fantasmés.

Publicité

Lire la suite de "LUZIA, FÊTE DE L’ENCHANTEMENT"