MEYER SOUND SOIGNE VOS OREILLES

Le son de l’entreprise Meyer Sound a fait ses preuves depuis 50 ans. Il répond aux critères de qualité requis par les grandes organisations pour donner pleine et entière satisfaction aux oreilles des clients. Opération réussie en tous les cas, en ce début juillet 2017 pour la famille/entreprise Meyer, rencontrée par l’intermédiaire de Jane Eagleson, la responsable des relations presses de la firme californienne à l’occasion d’une double-affiche au Montreux Jazz Festival. Voici une histoire intéressante d’un couple qui a mis sa passion pour la musique, pour le rock de The Grateful Dead et pour une certaine vision de l’originalité d’un son et d’une expérience. Rencontrer Jane m’a permis de réaliser des interviews de John et Helen Meyer, John Monitto et de voir pour la première une comédie musicale sur Broadway dont la force a certainement reposé sur un rendu parfait et panoramique du son. Meyer sera de retour sur nos terres à l’occasion de l’arrivée de Metallica, à l’Arena de Genève le 11 mars.   

helen and john bw

Nous étions en train de discuter devant la table de mixage des ingénieurs du son des deux artistes Maggie Rogers, une toute jeune Américaine aux qualités de chanteuse et de compositrice très sûres et de Lukas Graham. C’est le Montreux Jazz, tout respire la musique, la passion et l’exigence ici. L’autre « guest » de la soirée est danois et son son succès va crescendo. Le son des voix et de la musique produite ce soir au Montreux Jazz Lab est calibré à la perfection, jouant sur la distinction entre les notes des différents instruments et la partie voix assurée par le chanteur scandinave. Pour preuve cet extrait enregistré au smartphone du tube « 7 years » par quelqu’un de passionné.

Pour décoder le son, j’ai posé des questions au directeur des solutions techniques de l’entreprise John Monitto quelques minutes après le show. Il nous parle entre autres de John Meyer et de ses débuts en Suisse ainsi que de la gamme de speakers « Leopard » avec son très faible niveau de distorsion. Il est accompagné de la cheffe PR de Meyer Sound, Jane Eagleson pour me raconter quels sont les derniers enjeux autour des produits que leur entreprise conçoit et propose à ses clients, à découvrir ici.

John Meyer et sa femme Helen sont arrivés le soir même à Montreux et c’est le lendemain matin que nous avons eu un long entretien d’une heure à propos de l’histoire de l’entreprise Meyer. Rendez-vous est pris au Montreux Palace pour une discussion passionnante sur les racines de l’entreprise et sur l’évolution des produits au service des nouvelles générations et des clients fidèles comme le Montreux Jazz Festival.

John Meyer a fait un cadeau très spécial à son épouse pour les 50 ans de l’entreprise. Une enceinte qui reproduit exactement le style de l’époque, c’est-à-dire 1967. Souvenir!

Après la rencontre avec le couple Meyer, rien de tel que d’explorer d’autres territoires où l’équipement sonore des Californiens fait partie intégrante du succès d’une ou plusieurs productions musicales. De passage à New York, l’été dernier, j’ai pu constater que les produits Meyer, dans une illustre salle de Broadway comme l' »Imperial Theater », en l’occurrence pour une interprétation de « War & Peace », « Natasha, Pierre & the Great Comet of 1812 », prenaient une autre dimension. Le son clair et très précis des speakers reprenait l’intensité des voix sans les déformer. Vérifiez par vous-même sur cet extrait.

La comédie musicale « The Great Comet » a eu un exceptionnel succès aux Tony Awards qui récompense les prouesses des chanteurs, comédiens et directeurs musicaux, techniciens… de la branche « comédies musicales » de Broadway. Le créateur de ce « musical » Dave Malloy a eu la chance de pouvoir travailler sur des compositions qui ont pris tout l’espace de l’Imperial, une scène à 360 degrés.

Le défi pour le responsable du son fut de trouver le bon équipement qui équilibre les différentes sources de sons dans tout l’espace. Il l’a trouvé grâce à une installation de l’entreprise Masque Sound, spécialisée dans la sonorisation théâtrale depuis les années 30. « La totalité de toute l’infrastructure fut un très grand challenge » explique le chef du son Nicholas Pope. « Avec 56 pistes de micros sans-fil… », sans compter toute la technologie de retour équipant la trentaine d’acteurs. Le système audio mis en place par Masque Sound utilise la plateforme audio de Meyer Sound, la D-Mitri Digital Audio Platform. Toute la difficulté a résidé dans la possibilité de localiser les voix et les sons spatialement dans un environnement scénique et audio circulaire, prenant un espace centrale, où le public est constamment en contact avec le jeu et le chant des acteurs.

L’amplification a consisté à utiliser les speakers de la gamme « Leopard » de Meyer. La réussite du show dépend beaucoup de la qualité du son désigné par Nicholas Pope et son équipe, ainsi que Masque Sound et Meyer Sound. La comédie a reçu un succès fulgurant sur Broadway. Un succès que Meyer Sound a été heureux de considérer un peu comme le sien. Prochaine étape pour l’entreprise de John et Helen, le concert de Metallica à Genève, le 11 mars 2017 et vous pourrez tout comprendre sur le son du groupe californien sur ce lien vidéo. Un spécialiste y loue la clarté et la puissance du matériel de Meyer. En attendant Montreux et une sélection d’artistes invités à travailler main dans la main, oreille contre oreille avec l’entreprise de Berkeley.

comet

David Glaser, zieggla@gmail.com

suississimo

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s