GENÈVE N’A JAMAIS ÉTÉ AUSSI PETITE

VIDEO. Il a fallu se pincer pour le croire. Les Géantes ont drainé des centaines, des milliers, des centaines de milliers d’humains dans les rues de Calvinopolis. Un être riquiqui contemplant la magie amoureuse de ces figurines grandioses articulées par la force de dizaines de lilliputiens à côté d’un autre être riquiqui lui-même à côté d’un autre être riquiqui… Ce spectacle grandeur nature nous ramène à notre modeste condition de bipède contemplateur. Le rêve était bien réel, la beauté de la scénographie en mouvement indiscutable (voir la vidéo plus loin). Cette foutraque attelage de voitures tout droit ressuscités d’une casse annoncée, avec comme « férailleurs-rédempteurs » les membres motivés de la fanfare steel band de Royal de Luxe. Ce hors d’oeuvre servait une rythmique quasi chamanique, et ce pour mieux préparer les vagues positives du cortège intergénérationnel qui allait suivre dans le tempo. Bravo à la compagnie nantaise d’avoir enchanté et transformé le Port Noir Quai Gustave-Ador en route du carnaval interplanétaire, le Quai du Mont-Blanc en pont vers le cosmos et cette rade de Genève jamais aussi peuplée – même lors des Fêtes de Genève ou lors de la Lake Parade – en open-rade géant où l’effet euphorisant du « Nantillais » est plus servi dans les oreilles que dans les gourdes, où la fabrique à images inédites de la troupe de Jean-Luc Courcoult en met plein les mirettes aux habitants du canton du bout du monde. On en redemande et plutôt sooner than later! Bravo à l’initiative du Théâtre de Carouge, remarquablement inspirés pour ramener des devises à Genève, et rendez-vous au prochain débarquement gigantesque. Pourquoi pas lors d’une collision de planètes provoquant un trou noir creusé par l’accélérateur qui nous CERN? Vive Genève, géante parmi les géantes. Vive ce petit centre du monde mené par une « Grand-Maire » de tous les Genevois, visiteurs d’un ou plusieurs jours, tous petits êtres humains unis dans la poésie. 

Vidéo réalisée dimanche 1er octobre (D.Glaser)


 

Relisez l’entretien avec Tom Darnal, le guitariste et bassiste de Royal de Luxe sur la Saga des Géants.

Par David Glaser, zieggla@gmail.com

logos suississimo

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s