UN HAVRE DE DIPLOMATIE

C’est un lieu de rencontres internationales, d’échanges et de débats, de convivialité et de vie tout simplement… et c’est un hôtel qui cumule cinq étoiles et qui incarne l’histoire de notre monde car depuis sa création il a reçu environ 400 chefs d’état. Autre particularité, l’Intercontinental est situé au sein même du quartier des institutions internationales à Genève, donc au centre des enjeux diplomatiques mondiaux et à l’écart des palaces et autres hôtels de luxe plus proches du Lac Léman.

Quand on met un pied dans ce vaste hall de ce magnifique temple de l’hospitalité du luxe, on est saisi par les volumes intérieurs de l’édifice. Tout est espace ici, boiserie sombre, volupté et luxe de bon goût. Cet hôtel dévoile ses secrets avec une décoration racée, raffinée, pas ostentatoire… L’architecte mandaté pour redonner de la fraîcheur et du cachet à l’édifice vieux de 52 ans a été plutôt inspiré. «L’idée était de créer des ouvertures entre le hall et les différentes salles des premiers étages de l’hôtel…»

h4.jpg

L’hôtel possède 333 chambres, 56 suites, 16 salles de réunions, 2 restaurants, un fumoir, un bar lounge, un spa, une piscine… Avec une telle proposition, l’établissement a des arguments. Son savoir-faire en matière de réception de conférences, réunions formelles ou informelles entre représentants des gouvernements du monde entier, lui a donné une place de choix dans l’offre hôtelière de la région. Un écrin dans lequel on pénètre afin de goûter à ce luxe des puissants, à cette beauté de porte monumentale qui vous devise de bas en haut de toute sa puissance. Passé la porte, visitons l’endroit, on cherche des repères et le piano à queue posée là anime le lieu deux fois par semaine.

L’une des suites que je visite propose une vue magnifique de Genève lac et ville, avec point de vue donnant sur le Salève. «L’Executive junior suite» donne une vue panoramique sur le Mont-Blanc. Chambre, bureau et salon forment un package confortable et classieux aux suites de l’établissement. Pour ceux qui cherchent l’excellence pour moins de 10 000 francs, quelques-unes des plus luxueuses suites feront passer les résidents d’une simple chambre de grand standing à un univers féerique avec vue sur la ville, le lac, le Salève et le Mont-Blanc. C’est en réalité ni plus ni moins qu’un appartement de luxe que l’Etablissement offre. Les grandes sommités de ce monde, intervenants à l’ONU ou juste de passage à Genève y ont goûté.

Un prodige tous les mercredis et vendredis

Retour au rez-de-Chaussée au Bar des Nations. Un lieu d’accueil qui vous plonge dans une ambiance très ancienne comme dans un film noir américain des années 50. Le jazz pourrait être la bande-son de cet emplacement stratégique de l’hôtel à droite en entrant, on va vous parler de musique classique. C’est le directeur de l’hôtel, l’Allemand Jürgen Baumhoff qui détient la clé en fer forgé qui ouvre le magnifique piano dans un lobby de l’hôtel équipé d’une cheminée afin de créer une atmosphère chaleureuse, résidentielle et «suisse».

h1

La clef du piano a été confiée à un jeune Russe virtuose Artem Pervushin. Un ancien alumni de l’Ecole de Musique Frédéric Chopin à Moscou, aujourd’hui inscrit à la Haute Ecole de musique de Genève. D’après Nadège Roy-Cailleaud, représentante du département de communication de l’hôtel, ce virtuose illumine les mercredis et vendredis soirs dans le lobby à partir de 18h30. D’autres stars de la musique en d’autres temps sont venues en tant que clients comme Madonna, Lionel Richie ou encore Ray Charles, Barbara Hendricks, Donna Summer, Dalida, Sacha Distel ou encore Tina Turner.

L’hôtel a fait l’actualité à plusieurs reprises et surtout marqué l’histoire de la chaîne en rendant de nombreux services aux têtes couronnées de plusieurs pays du golfe. Le manager historique de l’InterContinetal Herbert A. Schott, parti à la retraite en 2003, avait inventé pour son hôtel un management prenant au compte les plus petites demandes de ses plus illustres clients rappelant de nombreuses anecdotes comme l’épouse de l’émir du Qatar, la Cheikha Myriam capable de venir séjourner à l’hôtel avec 120 valises (la sœur du Roi Fahd a fait mieux en venant une fois avec 276 valises).

h5

Des conférences comme celle de la communication organisée par l’IEEE ou encore les débats sur la situation déjà explosive du Moyen-Orient, des accords de paix, des négociations secrètes, houleuses, interminables… le théâtre des grands de ce monde avait la forme d’une salle de conférence de l’hôtel. Hillary Clinton, la Cheffe de la diplomatie américaine en 2011 et son homologue européenne Catherine Ashton avaient tenu des pourparlers au sein même de l’hôtel. La candidate aux primaires chez les démocrates américains était déjà venue avec son mari quand William Jefferson Clinton était alors au pouvoir.

Aujourd’hui, l’hôtel continue d’accueillir ses clients onusiens régulièrement en offrant un service de qualité et une sécurité totale. La réputation de l’InterContinental est excellente. Voici les liens pour connaître la variété des prestations de l’établissement.

h2

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s